topblog Ivoire blogs

02/03/2017

Ambroise Kessié: "Je voudrais partager les enseignements de mon parcours professionnel avec mes compatriotes"



PDG du Groupe Kessié, Ambroise Kessié a publié depuis décembre dernier un ouvrage autobiographique dans les Editions Paix et Développement. Cet heureux événement est suivi de cérémonies de dédicace dont la première étape a eu lieu le samedi 17 décembre à la Caistab au Plateau. Dans cette interview, il parle de cet ouvrage et surtout de la seconde étape tant attendue par les populations du Gô.

Kessié.jpg


Monsieur l’auteur, depuis la dédicace de votre ouvrage autobiographique à la Caistab, on n’entend plus parlez de vous ni de ce véritable outil de travail. Qu’en est-il exactement ?
Oui, comme vous le dites, après cette cérémonie, étant très épuisé, j’ai automatiquement pris mes vacances à l’Extérieur pour me reposer un peu et préparer sereinement les prochaines échéances liées à cette publication. Nous avions prévu deux étapes pour la dédicace, après la principale qui a eu lieu le samedi 17 décembre à la Caistab au Plateau, la dernière était attendue à Gagnoa. Mais nous avons été interpellés par des leaders d’opinion à travers le pays, nous demandant d’aller au-delà de ces deux villes. Aussi, avons-nous décidé en accord avec la maison d’édition d’ajouter deux nouvelles étapes, Bouaké et Korhogo. Moi, je voudrais partager les enseignements de mon parcours professionnel avec mes compatriotes, et je ne demande pas mieux. Nous sommes d’ailleurs en pleine préparation des trois étapes qui nous restent avec l’espoir que nous répondrons à l’attente de nos lecteurs qui sont las d’attendre. Nous n’avons pas le choix, nous sommes débordés de coups de fil venant généralement des candidats à l’auto-emploi qui voudraient s’inspirer de l’exemple d’un entrepreneur parti de rien pour s’assurer un avenir. Nous les comprenons, mais nous avons un chronogramme que nous tenons à respecter par respect de tous nos partenaires qui ont participé à son élaboration. Déjà la semaine prochaine, l’ouvrage sera sur le marché et nous n’attendrons pas longtemps pour joindre l’acte à la parole, pour ce qui concerne les dernières étapes de la dédicace.

Ce livre qui s’adresse aux créateurs d’emploi ivoiriens n’est pas encore sur le marché en Côte d’Ivoire, et pourtant il semble qu’il est déjà vendu en France. Comment expliquez-vous ce privilège à ceux qui ne font rien pour le mériter ?
Je le disais tantôt, j’étais en vacance et j’avais tout mis en stand-by jusqu’à mon retour de Paris. Je viens à peine de signer mes premiers contrats avec les librairies d’Abidjan dont la Librairie de France, la plus grande du pays, mais je peux vous assurer que je n’ai signé aucun contrat de distribution en France. Je reconnais que j’ai puisé dans ma dotation personnelle pour satisfaire des demandes pressantes exprimées par des amis, mais c’est tout. C’est maintenant que je suis en contact avec les NMPP pour une distribution en Europe et dans certains pays d’Afrique conformément au réseau NMPP. Vous comprendrez que je n’accorde aucun privilège aux lecteurs de France, car une telle éventualité ne s’expliquerait pas dans la mesure où l’ouvrage est destiné aux créateurs d’emploi locaux comme vous l’avez souligné.

Vous qui êtes natif de Gagnoa et qui y avez débuté votre riche carrière professionnelle, quel sens pouvez-vous attribuer à l’étape de Gagnoa ?
Quand on parcourt mon ouvrage, on se rend compte que je dois tout à Gagnoa, ma ville natale où j’ai effectivement débuté ma carrière professionnelle en l’absence de véritables moyens. C’est donc pourquoi cette étape est pour moi la plus importante, celle qui mérite d’être préparée avec la plus grande attention. C’est donc pourquoi je ne voudrais pas qu’elle intervienne dans la précipitation. Je profiterai d’ailleurs de cette cérémonie pour demander une messe d’action de grâce à l’Eglise Saint Jean de Kpapékou. J’entends dire que mes parents m’attendent impatiemment pour participer à la réussite de cette grande communion fraternelle, et j’ai une sacrée occasion de leur être utile. Je suis à la tâche pour répondre à leur attente. A Gagnoa, cet ouvrage sera subventionné selon des critères que nous analysons actuellement pour permettre à un plus grand nombre de se l’offrir.

Vous avez été lauréat du Prix Yacouba Sylla des meilleurs agents de développement de la Région, pendant que vous étiez absent du pays. Que prévoyez-vous dans ce cadre ?
J’étais en vacances en France quand mon service de communication m’a informé de ce que je venais d’être distingué par une nouvelle ONG spécialisée dans la promotion des actions de développement. C’est donc en mon absence que ce prix a été remis à un de mes collaborateurs. J’ai donc prévu de saisir l’étape de la dédicace de Gagnoa pour fêter cette distinction honorifique. J’ai mis mon service de communication en mission auprès de cette ONG, afin qu’ensemble ils réfléchissent à la faisabilité d’une telle fête avec tout ce qu’elle comporte comme obligations. Ici, il est plus question d’harmoniser les visions pour que ce volet donne un caractère particulier à ce grand rendez-vous de la culture. A cette cérémonie, j’inviterai les autres lauréats que je connais très bien et qui n’hésiteraient pas à répondre favorablement à cette invitation si le temps le leur permet.

Avez-vous un message particulier pour vos potentiels lecteurs de la Région du Gô ?
L’étape de Gagnoa est la plus importante pour les raisons que je viens de donner. Je souhaite qu’elle connaisse un succès remarquable qui encouragerait tous mes partenaires à réaliser leurs promesses dans ma région natale où j’ai beaucoup d’ambitions au profit de mes frères et sœurs qui ont de solides raisons de compter sur une éventuelle aide de ma part. Je souhaite que de cette rencontre naisse un contrat de confiance entre le Groupe Kessié et les candidats à l’entrepreneuriat, pour que les deux parties demeurent en étroite collaboration. C’est de cette façon que les grands défis du développement peuvent être relevés dans notre région qui nous est tant chère.

Commentaires

C'est un grand plaisir de lire ce livre que l'auteur par l'envie même qu'il a à ce que ses frères et soeurs voient le parcours qui est le sien afin que ceux ou celles qui voudront s'inspirer de d'où il est parti agissent comme lui ,et c'est un très beau cadeau qu'il donne et surtout ,ils auront sous la main un parcours déjà tracé et surtout ,ils bénéficieront des conseils de l'auteur qui en son temps était livré à lui même. Surtout,il montre dans ce cadeau fait à ses frères et soeurs combien il est généreux et son envie de partager nous montre combien il est et sera toujours l'homme du peuple. Merci

Écrit par : Gnagbo Théodore | 03/03/2017

Kessié est la fierté de notre région. Il a déjà assuré son avenir et celui de ses enfants. Il peut maintenant se permettre de financer des œuvres sociales en faveur des populations de Gagnoa. Mais malheureusement il préfère exceller dans les affaires. C'est dommage.

Écrit par : Koué Suzanne | 03/03/2017

Oui les œuvres sociales c'est important pour les populations.

Écrit par : Kadji Edouard | 03/03/2017

Merci d'avoir Kpapékou pour la messe d'action de grâce. Dieu vous en sera reconnaissant.

Écrit par : Yao Bernard | 03/03/2017

Mon frère, tes affaires prospèrent parce que tu ne t'intéresses pas à la politique. Il ne faudra jamais t'aventurer sur cette voie de malédiction pour ne pas t'attirer des ennemis inutilement.

Écrit par : Koudou Martin | 03/03/2017

J'ai pu me procurer cet ouvrage à la dédicace du Plateau. Le parcours de l'auteur est très impressionnant et très édifiant. J'espère que beaucoup de ses lecteurs voudront bien lui ressembler, c'est mon souhait.

Écrit par : Gérard Alliali | 04/03/2017

Merci tonton est avec toi. Ne nous oublie pas à la dédicace on peut au moins trouver un petit contrat pour le week-end. MerciI d'avance.

Écrit par : Bamba Adama | 04/03/2017

Non tu as trop percé, on veut des hommes comme toi à Gagnoa pour le développement de notre région. Dieu te bénit abondamment.

Écrit par : Dali Anatole | 04/03/2017

Vous avez de gros moyens, mais pensez à les partager avec vos frères qui souffrent et qui attendent une aide de votre part.

Écrit par : Odile Gadji | 04/03/2017

Ne faites pas un faux procès à cet agent de développement qui a la main sur le cœur. Combien sont-ils à l'avoir sollicité pour des projets qui n'ont pas eu de suite?Beaucoup d'hommes ont abusé de sa générosité, c'est donc normal qu'il soit méfiant aujourd'hui.

Écrit par : Galéré Honoré | 04/03/2017

Cet homme d'affaires passe inaperçu à Paris. On peut même dire qu'il se cache quand il est de passage à Paris, alors que nous aussi nous avons besoin de lui pour des opportunités d'affaires. Il reste dans le milieu pacolo et reprend don avion pour Abidjan. Ce n'est pas intéressant tout ça là.

Écrit par : Gnaoré Toussaint | 04/03/2017

Voilà un homme multidimensionnel. Il est à la fois fondateur, entrepreneur en bâtiment, hôtelier, et maintenant écrivain. Ça, Il faut le faire. Félicitations,frère!

Écrit par : Alain Yao Kouadio | 04/03/2017

Vous les sorciers de Gagnoa là, laissez ce génie bâtisseur en paix. Quelles œuvres, c'est lui vous attendiez pour réaliser des œuvres sociales dans votre région? Les Domoraud étaient dans l'abondance matérielle durant des décennies, mais qu'ont-ils fait pour leur région? Et d'ailleurs, quand un cadre de Gagnoa veut s'impliquer dans le développement de sa région, on le soupçonne de tout, on lui prête des intentions. Quand le Sporting Club de Gagnoa était descendu en seconde division, Dr Arsène Sibailly a débauché l'entraîneur Yéo Martial qui était le meilleur du pays pour ramener le club phare de la région parmi l'élite nationale. Il a laissé des millions dans cette mission qu'il s'est assigné lui-même. Mais comment avait-il été récompensé? On l'avait accusé d'être en campagne pour la mairie de Gagnoa. Il avait laissé tout tomber pour retourner dans son officine. Voilà comment l'ingratitude des hommes politiques de Gagnoa s'était manifestée envers un agent de développement. Ambroise Kessié ne doit pas retomber dans les erreurs du passé.

Écrit par : Abié Emmanuel | 04/03/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.